vu sur RTL.fr

http://www.rtl.fr/actualites/info/article/mariage-pour-tous-un-business-prometteur-7760829321
logoMariage pour tous : un business prometteur
7760829902_certains-entrepreneurs-tablent-sur-4-000-mariages-homosexuels-par-an

4,4 milliards d'euros : c'est le poids du mariage dans l'économie française. Les entrepreneurs réfléchissent déjà aux nouvelles opportunités créées par l'adoption du mariage pour tous au Parlement.
La naissance de startups spécialisées
.... Un personnel tolérant, c'est essentiel après les tensions du débat parlementaire, selon Olivier Legrand, fondateur de
Boum.co, une autre agence spécialisée. "Nous mettrons un point d'honneur à former les entreprises habituées à travailler pour des couples hétérosexuels", explique l'entrepreneur au Huffington Post.
Combien cela va-t-il rapporter ?
4,4 milliards d'euros : c'est le poids du mariage dans l'économie française. Le budget moyen d'une union en France est de 14.000 euros, selon une étude réalisée par l'institut Ipsos en 2011. Mais les couples homosexuels pourraient bien faire flamber la facture, si l'on en croit certains. "Le budget mariage des couples gays pourrait être 50% plus élevé que celui des autres couples", estime le fondateur de Prime Day au Figaro. Reste à savoir combien de couples décideront effectivement de sauter le pas : lui, prévoit un rythme de croisière de 4.000 unions par an. Soit un potentiel de 56 millions d'euros si gays et lesbiennes respectent le budget moyen actuel.
Une solution pour le déficit public ?
Et si le mariage pour tous était un rempart contre la crise? Aux États-Unis, la question a été sérieusement posée par certains médias. Le très officiel bureau du Budget du Congrès américain a même réalisé une étude en 2004, à la demande d'un élu républicain. D'après l'analyse de l'agence, si le mariage gay était reconnu dans tous les Etats-Unis, le déficit budgétaire américain diminuerait de 450 millions de dollars par an. Une goutte d'eau, explique Bloomberg, car cela ne représente que 0,01% du total des dépenses fédérales.